German
English
Turkish
French
Italian
Spanish
Russian
Indonesian
Urdu
Arabic
Persian

Question 181:

Dieu doit s'être exprimé ainsi : « Qui me voit doit mourir. » Si Jésus est Dieu, pourquoi les hommes qui l'ont vu ne sont pas morts ? (TR)

 

Réponse : La question fait référence surtout au passage suivant du livre de l'Exode (33,18) : « Un jour, Moïse dit au Seigneur : « Je t'en prie, laisse-moi contempler ta gloire. » Dieu répondit : « Je vais passer devant toi avec toute ma splendeur, et je prononcerai devant toi mon nom qui est : YAHVÉ, LE SEIGNEUR. Je fais grâce à qui je veux, je montre ma tendresse à qui je veux. » Il dit encore : « Tu ne pourras pas voir mon visage, car on ne peut pas me voir sans mourir. » Le Seigneur ajouta : « Voici une place près de moi, tu te tiendras sur le rocher ; quand passera ma gloire, je te mettrai dans le creux du rocher et je t'abriterai de ma main jusqu'à ce que j'aie passé. Puis je retirerai ma main, et tu me verras de dos, mais mon visage, personne ne peut le voir. »

 

Entre la sainteté de Dieu et l'indignité de l'homme, il y a un tel abîme, cf. Lévitique 17,1+ que l'homme devrait mourir s'il voyait Dieu, cf. Exode 19,21 ; Lévitique 16,2 ; Nombres 4,20, ou seulement sil l'entendait, Exode 20,19, Deutéronome 5,24-26 ; cf. 18,16. C'est pourquoi Moïse, Exode 3,6, Elie, 1 Rois 19,13, et même les Séraphins, Isaïe 6,2, se couvrent le visage devant Yahvé. Celui qui reste en vie après avoir vu Dieu éprouve un étonnement plein de reconnaissance, Genèse 32,31 ; Deutéronome 5,24, ou une crainte religieuse, Juges 6,22-23 ; 13,22 ; Isaïe 6,5. Dieu ne permet que rarement une telle prévenance, Exode 24,11, comme en particulier à son ami, Moïse, Exode 33,11 ; Nombres 12,7-8 ; Deutéronome 34,10, et à Elie, 1 Rois 19,11 s. – tous deux seront les témoins de la transfiguration du Christ, la théophanie du Nouveau Testament, Matthieu 17,3 b, et, dans la tradition chrétienne les représentants extraordinaires de la vision mystique de Dieu (avec Paul, 2 Corinthiens 12,1 s.). Dans le Nouveau Testament, la « gloire » de Dieu se révèle en Jésus, Jean 1,14 ; 11,40, mais le Père, personne ne la vu si ce n'est Jésus, le Fils, Jean 1,18 ; 6,46 ; 1 Jean 4,12. Pour l'être humain, il n'y aura de vision face à face que dans la béatitude du ciel, Matthieu 5,8 ; 1 Jean 3,2, 1 Corinthiens 13,12 ; cf. 2 Corinthiens 4,4.6. Les chrétiens croyants peuvent reconnaître la gloire de Dieu en Jésus, mais uniquement dans la force de la foi que l'Esprit Saint rend possible et donne. Au temps de la vie terrestre de Jésus, la gloire divine était à la fois apparente et cachée. Car, comme l'exprime l'hymne du chapitre 2 de la lettre aux Philippiens, le Christ Jésus, « lui qui était dans la condition de Dieu,il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur.Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir,et à mourir sur une croix. » (Philippiens 2,6-8).

Contactez nous

J. Prof. Dr. T. Specker,
Prof. Dr. Christian W. Troll,

Kolleg Sankt Georgen
Offenbacher Landstr. 224
D-60599 Frankfurt
Mail: fragen[ät]antwortenanmuslime.com

Plus sur les auteurs?